Depuis longtemps déjà, la BFH travaille sur sa marque employeur. Aujourd’hui, elle s’attache à renforcer son positionnement sur le marché du travail et accorde pour ce faire une place essentielle au facteur humain – les collaborateurs et collaboratrices et la culture d’entreprise.
Peggy Riese
Peggy Riese, responsable du projet lié à la marque employeur, présente la nouvelle page carrière. Image: Corina Lardelli

Employer Branding

«La marque employeur (en anglais «employer branding») est l’image d’une entreprise auprès de ses employé-e-s et des candidat-e-s potentiels, et inclut par extension les efforts de marketing et de communication qui visent à l’améliorer et à la communiquer.»
Source: Wikipedia 

Une marque employeur forte procure à l’entreprise une image attrayante sur le marché du travail. Cela vaut aussi pour la BFH. Comment réussir à se démarquer tout en conservant son authenticité? La réponse de Peggy Riese, responsable à la BFH du projet de nouvelle image en tant qu’employeur: «Ce qui fait la différence aujourd’hui, ce sont les soft factors». On ne parle donc pas uniquement des avantages classiques que peut offrir un employeur, comme le temps partiel ou le télétravail, mais de la culture de l’entreprise et des personnes qui la composent.

Le monde du travail a changé

Comme bon nombre d’autres entreprises et organisations, la BFH fait face depuis quelques années à une pénurie de spécialistes et à un recul des candidatures qualifiées dans certains domaines. Ces dernières années, la numérisation a transformé le marché du travail et on assiste aussi à un changement au niveau des valeurs. «Les jeunes générations sont moins attachées à la sécurité de l’emploi», explique Peggy Riese. Si un job ne convient plus, on en cherche un autre. «Aujourd’hui, les employeurs doivent redoubler d’efforts pour attirer des talents», souligne la responsable de projet.

Une image forte

Photographies
Des collaborateurs et collaboratrices de la BFH ont prêté leur image pour les offres d’emploi nouvelle formule et l’illustration du site. Image: Peggy Riese

En renforçant sa marque employeur, la BFH s’adapte à ces nouveaux paramètres. «Avec le concours de Jörg Buckmann, expert reconnu dans le domaine de l’employer branding, nous avons mis en route de nombreuses initiatives ces derniers mois», ajoute Peggy Riese. Des exemples? Le remaniement des offres d’emploi, l’introduction d’une alerte emploi et la révision de la page carrière du site de la BFH, qui s’est enrichie de photos et de témoignages. Davantage présente dans les médias sociaux sous sa casquette d’employeur, l’école a également revu la communication avec les candidat-e-s à toutes les étapes: accusé de réception des dossiers, convocation à un entretien, formulation de la réponse positive ou négative.

Un impact accru

Les feed-backs montrent que ces mesures portent leurs fruits. «Nous avons régulièrement des commentaires positifs de l’extérieur et le nombre de visites sur le site le confirme», indique Peggy Riese. D’ailleurs, l’équipe des RH reçoit davantage d’appels de candidat-e-s depuis que ces mesures ont été mises en œuvre. «C’est une bonne chose, car même si une personne renonce à postuler après l’entretien téléphonique, elle a noué un premier contact personnel avec la BFH», explique Peggy Riese. Il se peut qu’elle y repense plus tard – qui sait, lorsqu’un poste qui l’intéresse se libère.

Recrutement actif

Une image attrayante en tant qu’employeur est un premier pas important, affirme Peggy Riese. Mais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Un film sur la haute école et de brèves vidéos sur les possibilités d’enseigner à la BFH sont en préparation. Ces productions seront prochainement intégrées sur la page carrière et diffusées dans les médias sociaux. «Nous entendons également continuer de développer notre stratégie de recrutement» poursuit-elle. Il s’agit de cibler les canaux médiatiques permettant d’atteindre des candidat-e-s potentiels. «On sait aujourd’hui qu’environ 20 pour cent des employé-e-s recherchent activement un nouvel emploi. Les 80 pour cent restants ne sont pas dans ce type de démarche», explique Peggy Riese. Ce sont ces personnes auxquelles la BFH souhaite s’adresser.

Ambassadeurs de la marque BFH

Les réseaux professionnels et privés des membres de la BFH sont une ressource privilégiée pour communiquer avec des personnes qui ne recherchent pas directement un emploi. Les collaborateurs et collaboratrices peuvent jouer le rôle d’ambassadeurs et soutenir la BFH dans sa quête de nouveaux talents. «Nous avons été surpris, au tout début du projet de marque employeur, de voir le nombre – et la diversité – des aspects positifs de la BFH mis en avant par le personnel de tous les domaines», raconte Peggy Riese. Ces atouts, les collaborateurs et collaboratrices sont invités à mieux les faire connaître à l’extérieur. Dans l’intranet, un outil est mis à leur disposition: le job-widget, qui leur permet d’accéder rapidement aux postes ouverts et de partager l’information dans leurs réseaux professionnels et privés.

Feed-backs de candidat-e-s

«Votre réponse m’a fait sourire, j’aime beaucoup. Ce n’est pas un accusé standard. On y retrouve ce brin d’humour et cette diversité qui font les couleurs de votre institution. Cela me conforte dans mon choix de postuler chez vous.»
Réponse d'un candidat à l’accusé de réception de son dossier par la BFH
«(…) Bien sûr, une réponse négative, c’est toujours une déception. Parfois, la manière dont elle est formulée permet de se réconforter, de se dire qu’au fond, on n’a rien perdu. Avec vous, c’est différent: votre réponse est formulée de façon aimable et respectueuse – on regrette d’autant plus de ne pas avoir décroché le poste. Qui n’a pas envie de travailler dans un environnement valorisant? Par ma brève expérience dans le recrutement du personnel, je sais aussi que ce n’est pas facile d’annoncer une mauvaise nouvelle – c’est pourquoi je tenais à vous faire part de mes impressions positives: dès notre entretien téléphonique, j’ai eu un très bon feeling et les deux courriels qui ont suivi l’ont confirmé. Vous faites un excellent travail!»
Retour d'une candidate suite à une réponse négative de la BFH
«Merci, en particulier pour votre e-mail personnalisé, qui permet de ne pas se sentir en situation d’échec personnel, même si la candidature n’a pas été retenue. Ce n’est pas partout le cas.»
Retour d'une candidate suite à une réponse négative de la BFH
«Je ne vais pas vous faire perdre du temps avec des questions. Je voudrais simplement vous dire que je n’avais jamais reçu de réponse négative formulée de manière aussi agréable. Super message, je regrette VRAIMENT de ne pas pouvoir vous rejoindre.»
Retour d'une candidate suite à une réponse négative de la BFH

Tout ce que la BFH offre à son personnel…

Tout ce que la BFH offre à son personnel…
Vous trouverez sur la page bfh.ch/carriere une présentation des avantages à travailler à la BFH.

Partagez les postes mis au concours dans votre réseau et profitez du programme «Les collaborateurs parrainent des collaborateurs»!

Pour toute question ou commentaire, vous pouvez vous adresser à Peggy Riese, responsable du projet de nouvelle image en tant qu’employeur.

Portrait

Peggy Riese travaille depuis octobre 2018 à la division Ressources humaines en tant que responsable de projet. Quand on lui demande ce qui lui plaît à la BFH, elle répond: «J’occupe un poste varié qui me permet d’entrer en contact avec des personnes très différentes dans toutes sortes de domaines. Je peux travailler à temps partiel et organiser mes horaires de manière souple, ce qui m’est très précieux en tant que mère active professionnellement. Je peux compter sur une équipe motivée, dans laquelle je me sens soutenue et estimée, et sur une responsable compréhensive qui m’encourage et m’aide chaque jour à me dépasser.»

Remarque: toutes les photos illustrant cet article ont été prises avant que le port du masque ne devienne obligatoire.

J’aime cet article

Veuillez laisser un commentaire

Please enter your comment!
J’ai pris connaissance des règles concernant la publication de commentaires et les accepte.
Please enter your name here